Découverte de la Brasserie

konrad-biere-logo

La qualité et la variété gustative des bières que nous produisons sont toujours notre priorité. Notre objectif, des amateurs de bière heureux …

Découvrez...

Konrad en Vidéo

La gamme Konrad​

konrad-biere-logo

Ing. Pavel REGNER

Pivovar Vratislavice

L'Histoire de KONRAD

Le 25 mai 2000, deux ans, jour pour jour, après sa fermeture, la brasserie produit de nouveau de la bière. Un mois plus tard, le grand public est invité à la dégustation de la bière Konrad. Plus de trois mille personnes y participent et tous repartent avec la fierté de savoir que le brassage de la bière est de retour à Vratislavice. Les débuts n’ont pas du tout été faciles pour la bière Konrad, mais malgré tout, la brasserie a réussi à augmenter chaque année le volume de bière produite pour atteindre, en 2010, une production maximale de 155 k hl. Une partie a été vendue « autour de la cheminée » et une grande partie a été exportée, notamment en Allemagne, en France, en Espagne, en Hongrie, en Italie et en Suède. A ce jour, la brasserie de Vratislavice propose dix sortes de bière Konrad, y compris sa bière rouge originale et la bière Svatopavelské qui est brassée selon la recette traditionnelle du début du 20e siècle. Le maître brasseur et ses collègues sont reconnus et rapportent de nombreux diplômes des concours auxquels ils participent, attestant de la grande qualité de la bière locale.
Ing. Pavel Regner 

Le 25 mai 1998, la déclaration du jour annonçant la fermeture de la brasserie de Vratislavice est un choc. Les propriétaires d’époque prennent une décision rapide et brutale : l’équipe de l’après-midi n’a plus le droit de venir travailler et les salariés signent leur licenciement à l’accueil. Cette annonce suscite de vives émotions et les déclarations politiques et les manifestations de soutien à la brasserie de Vratislavice sont très nombreuses. Dans le courant de l’été, tandis que les stocks de bières des caves de Vratislavice sont écoulés, l’ambiance se calme. Cela dit, il ne s’agissait pas de la première, mais d’une seconde fermeture de la brasserie de Vratislavice. Entre 1877 et 1879, elle fut fermée pendant deux ans. Qui pouvait deviner qu’en 1998 la situation allait se reproduire et que deux ans plus tard la brasserie serait de nouveau en service ?

Avant 1990, l’ensemble des usines étaient des entreprises publiques. Ainsi, la brasserie Vratislavice faisait partie de l’entreprise publique « Severoceske pivovary Louny ». La procédure de privatisation s’est faite par étapes. Tout d’abord, par la création de l’entreprise publique « Pivovary Vratislavice » le 1er juillet 1990, puis par son transfert le 1er mai 1992 au sein de la société anonyme « Pivovary Vratislavice nad Nisou » qui appartenait à 100% à l’état. 
En automne 1992, la s.a. « Pivovary Vratislavice » est privatisée par la méthode de coupon. Au début de 1996, la société britannique Bass International Brewers obtient 55% d’actions et s’empare de la brasserie. La Bass IB s’empare d’autres brasseries, et les réunit au sein de la société « Prazske pivovary, a.s. » dont le siège est à Prague. Pendant cette période, la brasserie augmente le volume de bière qu’elle produit. Celui-ci atteint presque 400 k hl. La bière est exportée avec succès en Grande Bretagne, en Allemagne, en Suisse, en Ukraine et aux Etats-Unis. La brasserie compte alors 385 salariés.


En 1948, l’administrateur public est révoqué et l’entreprise publique Severoceske pivovary est créée ; la brasserie de Vratislavice en fait partie. Depuis 1950, les brassages réguliers de la bière 10° sont mis en place. Depuis 1968, les bouteilles sont remplies à la ligne avec une capacité de 15 000 bouteilles par heure. Cette ligne fut en service jusqu’en 1989. La construction de la salle à brasser d’une capacité annuelle de 500 000 hl de moût est d’une grande importance pour le développement de la brasserie. La salle à brasser est lancée pour une production permanente en 1976. Trois années plus tard, un nouvel atelier de propagation avec des tanks de fermentation et des levuriers est mis en service. En 1986, la construction d’une nouvelle cave de fermentation, équipée de 21 cuves inox, est achevée. Il ne faut pas oublier les dégâts causés par un incendie en 1983 qui a touché la chaufferie, la conduite centrale de vapeur et les entrepôts de produits substituts.  La production du malt, de la bière et des boissons non alcoolisées a pu continuer avec le volume habituel mais il a fallu investir dans une reconstruction rapide des lieux touchés.Dans les années 80, la construction d’un hall de fabrication de grande capacité des boissons non alcoolisées commence ; il est prévu pour produire un volume annuel de 230 000 hl. En 1985, la construction est achevée et cette usine de boissons non alcoolisées est mise en service permanent.
En 1989, le volume de la bière produite à la brasserie Vratislavice s’élève à 305 190 hl et l’usine de boissons non alcoolisées produit 141 872 hl de ces dernières.
La brasserie Vratislavice n’a pas été épargnée des changements socio-économiques en Tchécoslovaquie, ou plutôt en République tchèque, qui ont débuté à l’issue des événements de novembre 1989. 


Après l’annexion des Sudètes par l’Allemagne, la brasserie est gérée en tant qu’entreprise allemande. C’est pour cela qu’elle fut privilégiée par rapport à d’autres entreprises du même type. Quelques employés tchèques restent même à l’usine. En raison de la guerre, les employés allemands partent pour l’armée et ce sont des prisonniers de guerre de diverses nationalités qui sont placés à la brasserie. Celle-ci a de nouveau connu, comme ce fut le cas lors de la 1ère guerre mondiale, le manque de matière première et d’ingrédients. En conséquence, des produits de remplacement ont été utilisés, des bières de basse densité ont donc été fabriquées. Le volume principal reposait sur la bière 3° ; cependant, pour l’armée allemande on fabriquait la bière 10°.

Entre 1939 et 1941, la reconstruction de la malterie a eu lieu, un système pneumatique est mis en service et des cases Saladin sont installées. Cette année-là encore, la reconstruction de la chaufferie a lieu et une nouvelle chaudière à vapeur est installée. Le transport est effectué principalement par des chevaux et la traction bovine ; les voitures à gazogène sont également en service.  

De la création de la Tchécoslovaquie jusqu’à la période entre-deux-guerres
La stagnation causée par la guerre disparaît tout doucement et la demande de bière augmente rapidement. La société se rend compte de la nécessité de prendre soin de ses employés et c’est déjà en 1921 qu’elle met à disposition de ces derniers une résidence de 9 appartements. Des investissements immenses ont lieu dans les années 20 du siècle dernier : en 1922, l’agrandissement de la cave de fermentation et la construction d’un atelier de propagation (les levures de la brasserie Vratislavice ont ensuite connu un grand succès dans tout le pays). Des tanks en béton à refroidissement intérieur ont été installés dans les caves de garde, et la brasserie a acquis ses trois premiers camions. Un garage avec une station d’essence est construit. En 1927, une chaudière à vapeur est installée et la reconstruction de la ligne d’embouteillage est réalisée. La cave de garde est agrandie de deux nouvelles sections et un nouveau bâtiment pour l’atelier de caisses et de menuiserie qui emploiera onze employés est construit.
Après le krach boursier de New York en 1929, la brasserie perd ses marchés à l’étranger, mais malgré ces difficultés, elle continue à aller de l’avant. En 1937 sont construits, entre autres, un nouvel accueil et une route qui dessert l’usine. Au printemps 1938, une nouvelle cuve d’empâtage est installée dans la salle à brasser. Le fascisme allemand crée des tensions dans les régions frontalières. La brasserie ainsi que la ville de Vratislavice ne sont pas épargnées. Des désaccords entre les employés de différentes nationalités de la brasserie commencent à voir le jour…

Les deux plus grandes entreprises dans le coin fusionnent. La brasserie et malterie « Liberecky pivovar a sladovna Theodor Frank a.s » à Vratislavice et la brasserie « Pivovar Meddinger a.s. » à Vrkoslavice u Jablonce nad Nisou deviennent une société portant le nom de « Reichenberg-Maffersdorfer und Gablonzer Brauereien Aktien- Gesellschaft in Maffersdorf (Libereckovratislavické a jablonecké pivovary a.s. Vratislavice). Les changements de propriétaires et de capital sont très importants. Mais du point de vue de la production les deux brasseries restent indépendantes et gardent leurs propres lieux de distribution. Le conseil d’administration ne connait pas d’importants changements jusqu’à la fin de la 1ère guerre mondiale. Seuls les membres des familles à l’origine de la création de la société sont touchés par un changement progressif. En 1909 l’installation du transport pneumatique de l’orge jusqu’à la malterie a lieu. La société investit également dans un équipement pour la fabrication de glace artificielle (1910) et c’est déjà en 1911 que le refroidissement artificiel des caves de garde est mis en service. Dans le courant de cette même année a eu lieu une reconstruction de la salle à brasser et une soi-disant caisse de maladie est créée.

Création de la nouvelle société RMGB en 1908

Campagnes victorieuses de la brasserie de Vratislavice aux 19e et 20e siècles.
Au tournant des 19e et 20e siècles, la brasserie de Vratislavice reçoit une succession de récompenses – le prix d’honneur de la Chambre commerciale et artisanale à Liberec, le prix de l’Exposition à la Rotonde à Vienne en 1894, le prix d’honneur de l’Association pour l’amélioration de l’industrie et de l’agriculture dans les pays tchèques à l’Exposition Hornoluzicka en Zittau. Mais c’est la médaille de l’Exposition internationale d’art culinaire sous le patronage de Marie Josephe à Vienne en 1906 qui est la plus prestigieuse.

Après la reprise de la production, le volume de la bière ne cesse d’augmenter et, en 1896, ce sont déjà 131 040 hl de bière qui quittent les portes de la brasserie. La direction de la brasserie veille à la modernisation, elle fait donc construire une remorque, élargir les bassins de glace et installer de nouvelles machines. A cette période, la brasserie compte 170 employés et se maintient à la sixième place parmi les brasseries des pays tchèques. La brasserie se retrouve impliquée dans un conflit d’’intérêt impliquant diverses personnalités. Ce n’est donc pas une surprise lorsque l’empereur Frantz Joseph 1er en personne visite la brasserie le 1er octobre 1891, en compagnie de Willy Ginzkey. Le monarque austro-hongrois a donc visité la production et a goûté la bière locale.

Du succès initial jusqu’au sauvetage de l’usine. Le lancement optimiste de l’activité est suivi par les premiers problèmes – pertes financières, mauvaise récolte de houblon, baisse des ventes et grande concurrence. C’est pour ces raisons que l’assemblée générale du 18 avril 1877 décide d’arrêter la production. La gestion de la propriété est mise dans les mains de la commission de liquidation composée des plus importants actionnaires. Au bout de deux ans, ces derniers font une demande à Vienne pour que la production soit reprise avec un volume de bière produite de 48 000 hl. Deux ans plus tard, la brasserie devient la propriété de la famille Ginzkey de Vratislavice à laquelle appartient déjà l’usine locale de tapis. Le groupement de la brasserie de Vratislavice et de la famille locale industrielle signifie le sauvetage de la brasserie et un maintien de la production de bière. Après la crise, la brasserie continue son expansion. En 1887, le volume de la bière produite s’élève à 77 643 hl et la brasserie emploie 76 ouvriers. L’usine se place au 2e rang des brasseries tchèques par sa taille, juste après la brasserie de Plzen. La moitié de sa production annuelle est destinée à Liberec et à ses environs, la deuxième moitié de la production est transportée à Vienne et en Saxe, plus particulièrement en Zittau. 

On peut considérer que le début de l’histoire de la brasserie de Vratislavice commence à s’écrire avec l’annonce parue dans le Reichenberger Zeitung le dimanche 21 juillet 1872 : « La société Liberecky pivovar a sladovna à Vratislavice proposera le lundi 22 juillet 1872 ses actions, principalement auprès de la banque de Liberec, aux conditions habituelles ». Les actions sont vendues rapidement et la construction débute déjà au printemps 1873. Le samedi 24 janvier 1874, la brasserie est inaugurée et quatre mois plus tard, la première bière est livrée à Liberec et aux environs. Grâce à une demande importante, on exporte même à Vienne. La brasserie a de suite mis en place une campagne publicitaire et construit un restaurant juste à côté de l’usine pour les visiteurs. Le volume de bière produite s’élève à 34 680 hl à la fin de la première année, ce qui répond aux attentes.

© sources :  www.pivo-konrad.cz