IGP de la bière tchèque

Indication géographique protégée La Bière tchèque - histoire, présent et avenir

igp_image

Le but du système des appellations et indications protégées, établies par l’UE en 1992, est de protéger les produits traditionnels régionaux de type agricole ou gastronomique. Il s’agit d’empêcher l’emploi des noms établis historiquement pour ces produits par d’autres producteurs pour des produits dont les propriétés et les origines géographiques sont différentes.

Trois types d’indication protégée ont été établis :
Appellation d’Origine Protégée (AOP),
Indication Géographique Protégée (IGP) et
Spécialités Traditionnelles Garanties (STG). 

En République tchèque, la bière est considérée comme boisson nationale et elle fait partie du patrimoine culturel. La bière traditionnelle tchèque se différencie de la production des bières étrangères par ses propriétés sensorielles et par la méthode de fabrication. C’est Karel Kosar, CSc., le directeur de l’Institut de recherche sur le brassage et le maltage (VUPS) qui fut à l’initiative de l’idée d’exploiter l’IGP afin de protéger le caractère spécifique de la bière tchèque. Quand il prit connaissance, en 2003, d’une proposition de définition de la bière dans la réglementation de l’UE, il fut surpris de découvrir que « …la bière est une boisson de faible taux d’alcool fabriquée par une méthode d’infusion de moût, d’autres méthodes sont possibles… ». La méthode par décoction de moût – sur laquelle repose la fabrication traditionnelle de la bière tchèque, en lien avec les ingrédients typiques et la méthode de fermentation – apparaît donc dans la réglementation de l’UE seulement comme « autre méthode » de fabrication. Il était évident que la définition de la bière par l’UE était si vaste, si générale, que même les boissons, qui se différenciaient considérablement par leur région d’origine et par leurs propriétés de la bière fabriquée en République tchèque, pouvaient y être classées. La fabrication typique tchèque risquait donc d’être défavorisée par la réglementation européenne législative.

Les membres de l’Union des brasseries et malteries ont salué l’idée d’obtenir l’IGP « Bière tchèque » pour la bière fabriquée en République tchèque par la méthode traditionnelle à partir des ingrédients du pays. Il a été décidé que la demande d’obtention de l’IGP serait déposée par l’Association Ceske pivo (La Bière tchèque) dont les membres sont, en plus de CSPS et VUPS, les sociétés PMS Prerov, a.s. et Pivo Praha, s.r.o. ; un groupe de travail fut désignée afin d’établir les documents nécessaires. 

Une vaste étude terminologique a été établie par la VUPS afin de définir les propriétés spécifiques de la bière tchèque et ses différences par rapport aux bières étrangères de même catégorie (les Pils).  La méthode spécifique de fabrication et notre première place lors de la fabrication de la bière de type pils ont été démontrées. La nécessité d’utiliser les ingrédients locaux, plus particulièrement le houblon et le malt d’orge aux propriétés spécifiques, a également été justifiée ; l’histoire de la façon dont ils sont cultivés en Tchéquie et en Moravie ainsi que la longue histoire brassicole tchèque ont été exposées.

Les avantages de l’IGP Bière tchèque

L’IGP Bière tchèque représente la reconnaissance officielle des savoirs que possédaient, autrefois, chaque producteur et chaque consommateur de cette bière. La bière tchèque est exceptionnelle et elle se distingue des bières européennes ou mondiales de type Pils. L’existence de l’IGP Bière tchèque a, sans aucun doute, des avantages pour les consommateurs, les brasseurs et les fournisseurs de produits de base.

Elle garantit aux consommateurs le maintien des propriétés sensorielles d’exception de la bière tchèque car elle définit impérativement la composition des produits de base et la méthode de sa fabrication. Il n’est pas possible de nommer « bière tchèque » les boissons qui ont été fabriquées par une autre méthode technologique, à partir d’autres produits de base, et qui donc ne peuvent pas présenter les propriétés spécifiques de la bière traditionnelle tchèque.

Elle garantit aux brasseurs une stabilité du marché et une protection contre la concurrence déloyale. Les produits fabriqués par des méthodes technologiques visant uniquement à réduire les coûts de fabrication, sans tenir compte de la qualité de la bière fabriquée, ne peuvent pas être considérés comme « Bière tchèque ». Pour les fabricants, il est très important que l’IGP Bière tchèque spécifie le procédé de fabrication par une méthode qui conserve les procédés technologiques qui sont la clé pour atteindre les propriétés sensorielles de la bière tchèque ; pour autant, elle n’empêche pas l’usage de techniques modernes.

L‘IGP garantit aux fournisseurs de produits de base une demande stable des matières qui conviennent pour fabriquer la bière tchèque. Récemment, une baisse progressive de la représentation des variétés tchèques sur les champs cultivés en République tchèque a eu lieu. Tandis qu’en 1993, les variétés étrangères représentaient seulement 2%, en 2002 c’était déjà 73% et en 2005 même 81%. Cette tendance a été arrêtée et déjà en 2008, le taux de variétés étrangères a baissé à 60%. La hausse de la demande des variétés nécessaires à la fabrication de la Bière tchèque a été provoquée par la perspective d’obtenir l’IGP. Seule l’acceptation du dossier représentait pour les cultivateurs l’espoir qu’un tel marché, même s‘il était relativement petit et basé sur la demande de variétés d’orges nécessaires à la fabrication de la bière tchèque, resterait stable en République tchèque


Auteur: Ing. Vera Honigova
Source: Calendrier du brasseur 2013
Pour plus d’informations: 
www.szpi.gov.cz
www.ceskepivo.cz